30 ans, ça se fête !

Pour les 30 ans de la Frapna Loire, les élus d’hier et d’aujourd’hui étaient là et  fiers d’avoir « logé » dignement les militants  écologistes dans des locaux vastes et fonctionnels au 11 rue René Cassin à Saint-Etienne.

Sans rancunes d’avoir été bousculés sur certains sujets les plus sensibles de l’environnement, conseillers municipaux, généraux ou régionaux  revendiquent même d’être aux côtés de la Frapna dans la reconnaissance du fait écologique.

30 ans_Frapna_Loire

Plus tôt le matin, les adhérents, associations locales fédérées et administrateurs  ont donné quitus et votes « unanimes » aux 3 rapports statutaires de l’assemblée générale. Passion et conviction pour les perspectives, étaient dans le rapport moral par la voix du président Raymond FAURE. Tandis que rigueur administrative et gestion financière transparaissaient dans les supports exposés par les salariés.

Dans un monde qui évolue  vite et nous inquiète, il faut remettre en question nos comportements individuels et collectifs pour un « développement durable ».  Certes, les  dégâts et pollutions sont immenses au plan local, et la participation démocratique n’est pas toujours effective. Mais l’évolution des politiques publiques pour améliorer la nécessaire prise en compte de l’environnement génère des textes, des normes, que nous devons aborder ensemble pour relever les défis des 30 prochaines années !

Relayer la passion des leaders historiques de la Frapna Loire et de ses associations fédérées, maîtriser nos compétences humaines, gérer  nos moyens financiers, et faire en sorte l’on ne soit plus dans un département relégué avant-dernier dans le classement écologique !

L’après-midi s’est achevée avec une Kermesse bio, la tenus de stands des associations membres, et un concert vivant « rock –salsa » à la Maison de la Nature, perchée dans ses nouveaux quartiers !

 

Richard Atlan
Administrateur de la Frapna Loire
Président de la Fouillouse protégée

 

Inf’eau Loire n°3 (décembre 2013 – février 2014)

Clipboard01

Le castor fait son retour sur les rives du Gier (Loire)

Depuis sa protection nationale en 1968, cette espèce a recolonisé le fleuve Rhône. Le castor s’installe sur de nouveaux territoires en remontant les cours d’eau. Des individus se sont même installés dans le département de la Loire, le long du Gier, à proximité des zones urbanisées …

© France 3 RA
© France 3 RA
Le retour du castor n’est pas le fait du hasard. Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics s’efforcent de favoriser la vie animale dans cette rivière en améliorant sa qualité environnementale. Parmi les actions engagées : l’assainissement des eaux, la plantation de roselières ou encore le réaménagement des berges.

Le castor fait son retour sur les rives du Gier
Le reportage de E.Rosso et V.Digat – Edition locale de la Loire – 18/02/14

La bonne qualité de l’eau potable masque celle de la ressource, selon l’UFC-Que Choisir

Eau« 98% des français bénéficient d’une eau de très bonne qualité, mais cette impression positive ne doit pas masquer d’autres réalités préoccupantes« , pointe Olivier Andrault, chargé de mission alimentation et agriculture à l’UFC-Que Choisir, lors de la présentation à la presse, mercredi 26 février, de leur analyse « La qualité de l’eau potable en France : à vau-l’eau ? « .

Pour l’association, ce bon résultat est principalement dû aux efforts de dépollution des eaux destinées à la consommation. Elle illustre ce constat en prenant l’exemple de la Bretagne. « Malgré la présence ubiquitaire des nitrates dans les rivières bretonnes, ils sont absents de l’eau du robinet, notamment grâce à la technique consistant à diluer les eaux polluées avec des eaux respectant la norme« , dénonce t-elle.

L’UFC-Que Choisir estime le coût de la dépollution au niveau national entre 640 et 1.140 millions d’euros par an.

Dans sa présentation, l’UFC-Que Choisir souligne enfin que 1,48 millions de consommateurs reçoivent toujours une eau polluée.

Initiez le changement !

La FRAPNA présente 20 expériences innovantes respectueuses de l’environnement.

initier-le-changementTéléchargez le guide Initiez le changement  (19 Mo)

Le guide des bonnes pratiques réalisé par la FRAPNA vise à présenter aux élus, décideurs locaux, citoyens, un ensemble de bonnes pratiques qui peuvent être mises en œuvre sur leur territoire.

Ce guide de 50 pages, richement illustré, propose des exemples pratiques d’initiatives positives. Gratuit, nous le proposons en téléchargement au format numérique.

Vous découvrirez pourquoi la ville de Bristol (Angleterre) a décidé de prendre en charge la gestion de la totalité de ses ressources en eau, comment la création d’une Régie communale agricole à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) a permis aux cantines scolaires de la ville de passer en 100 % bio, sans oublier la ville de Paris qui a fait le choix d’insérer dans son Plan Local d’Urbanisme le concept de « coefficient de biotope par surface » pour favoriser la végétation en ville.

A l’instar de la théorie des minorités actives, c’est par les actes et l’exemplarité que l’on peut proposer à chacun de modifier son comportement.

Les défis environnementaux que notre société doit relever sont nombreux. L’action environnementale, si elle peut sembler anecdotique à l’échelle de l’individu, révèle sons sens dans son déploiement, depuis le niveau du citoyen jusqu’à celui des institutions internationales.

Dans ce gradient d’intervention, les collectivités territoriales jouent un rôle majeur. C’est pourquoi ce guide répond par l’exemple à des problématiques et propose aux collectivités locales des solutions pratiques.

Envies de Nature 2014, 19 associations de la Loire

Destiné au grand public, Envies de Nature 2014 vous présente les programmes d’animations et de sorties de 19 associations du département de la Loire, engagées dans la protection de la nature et de l’environnement. Comme vous le constaterez, à toutes les périodes de l’année, il y a toujours un évènement « nature » (sorties, manifestations, conférences…) proche de chez vous : 30 ans de la FRAPNA Loire, Fête de l’Oiseau et de la Nature, Loire en Fête, « Un pas vers la Transligérienne », et bien d’autres !

A chaque saison, venez découvrir ou redécouvrir les sites naturels exceptionnels de la Loire avec leur cortège d’espèces emblématiques en perpétuelle évolution. La biodiversité est l’affaire de tous. Venez la cotoyer et la vivre en famille, entre amis, notamment à l’Ecopôle du Forez, la Réserve Naturelle Régionale des Gorges de la Loire, la Réserve Naturelle de Colleigne, et à la Gravière aux Oiseaux de Mably.

Faites « un pas sur la transligérienne » au plus près des rives du fleuve  avec le comité départemental de la randonnée pédestre et la FRAPNA Loire. A tous les amoureux de la nature, découvez deux randonnées en bord de Loire ! Retenez d’ores et déjà le Dimanche 13 avril : Unieux – Saint-Paul-en-Cornillon et le Samedi 14 juin : Feurs – Montrond-les-bains.

Vous pouvez également télécharger le guide « Envies de nature » au format numérique en cliquant sur la première de couverture ci-dessous :

Envies de nature

Retour presse

Le Progrès du 17 janvier 2014
http://www.leprogres.fr/sortir/2014/01/16/la-frapna-lance-son-nouveau-guide-de-sorties-nature

France 3 – Edition Locale du 16/01/2014
http://www.youtube.com/watch?v=ks5-JtVeQ1I&feature=youtu.be&hd=1

Télécharger le communiqué de presse

Contacts Presse :

• Gilles Allemand – Chargé de communication – FRAPNA Loire – 4, rue de la Richelandière – 42100 SAINT-ETIENNE  – Tél : 04 77 41 46 60 – Port :  06 19 99 05 84

Barrage des plats, les travaux hors la loi !

Le tribunal administratif de Lyon vient de rendre son verdict. Après plus d’une année de procédure, celui-ci a annulé le 14 novembre 2013 l’arrêté de la préfète de la Loire autorisant les travaux de « réhabilitation » du Barrage des Plats.

Une annulation pour un motif sérieux
Le juge a enfin prononcé l’annulation de l’arrêté de la Préfète de la Loire. Sans avoir besoin d’analyser les nombreuses causes possibles d’annulation de l’arrêté exposées par les associations requérantes, le juge s’est appuyé sur l’argument du défaut d’information des élus locaux qui ont validé le projet. Ce défaut d’information constituant une irrégularité  majeure dans le processus de validation du projet par le syndicat des Barrages, a eu pour conséquence de rendre illégale la décision finale.

La poursuite des travaux est désormais interdite. La Préfète ne pourra plus ignorer les éléments que les associations opposantes ne manqueront pas de faire valoir et la pertinence des solutions alternatives au projet. En conséquence, l’impact environnemental doit enfin être pris en compte avec les mesures adéquates.

Tous d’accord pour la sécurisation de l’alimentation en eau potable, mais à quel prix ?
Les associations FRAPNA Loire, Fédérations de pêche de Loire et de Haute-Loire, Club de Pêche Sportive Forez Velay, et CDAFAL, ont depuis toujours été convaincues du besoin de sécuriser l’alimentation en eau potable. Elles militent d’ailleurs en ce sens auprès des décideurs.

Le Barrage des Plats est récent, il a été construit en 1955, à Saint Genest Malifaux, sur le cours de la rivière « La Semène », affluent du fleuve Loire. Il a été conçu à l’époque afin de faire face à une forte demande de l’industrie métallurgique et à une hypothétique croissance démographique autour de la commune de Firminy. Mais aujourd’hui, la réalité est toute autre : la population de Firminy a régressé, passant de 27 000 à 17 000 habitants, et l’industrie lourde a disparu du circuit économique.

Il devait compléter la ressource fournie par le barrage de l’Echapre, construit dans les années 1890, pour sécuriser les quatre communes du syndicat des barrages et alimenter les communes rurales regroupées, depuis, dans le Syndicat des eaux de la Semène, « client » du Syndicat des barrages.

En réalité, depuis 1958, le barrage des Plats n’a alimenté les quatre communes de l’Ondaine que quelques semaines en 2003. Mais, elles auraient tout aussi bien pu être alimentées par l’interconnexion au grand barrage de Lavalette, construit sur la rivière le Lignon en Haute-Loire, d’une capacité de 40 millions de m3.

Les communes de l’Ondaine s’étaient ainsi connectées au grand barrage de Lavalette lors de la vidange de l’Echapre en 1997.

Lorsque le Syndicat des Barrages a décidé de déposer un dossier de demande de réhabilitation du barrage (mis à sec depuis 2005), les associations environnementales locales ont très vite mis en avant les inconvénients environnementaux du projet, puisque le barrage allait de nouveau affecter la rivière Semène et les espèces aquatiques qui y vivent. Les associations ont insisté auprès du Syndicat des Barrages pour que ce dernier rencontre les collectivités voisines qui étudiaient déjà, de leur côté, d’autres solutions de sécurisation de l’alimentation en eau potable ; solutions qui respectaient l’environnement tout en sécurisant une population plus importante.

Malgré les demandes répétées des associations, le Syndicat des Barrages a persisté dans son projet. Contraint par la règlementation, il a tout de même étudié succinctement les autres solutions, mais a conclu, sans argumentation précise, qu’elles seraient plus chères, ce qui est contestable. De surcroît, contrairement à ce qui a été dit, l’important investissement pour réhabiliter le barrage des Plats ne peut en aucune façon alimenter la ville de Saint-Etienne, puisque qu’aucun raccordement n’existe actuellement !

Un gaspillage d’argent public ?
La Préfète avait autorisé le Syndicat des Barrages à réhabiliter un barrage sans mettre en œuvre de vraies mesures susceptibles de compenser l’impact du barrage sur le milieu naturel. Cette situation est inacceptable et incohérente au regard des enjeux de gestion de l’eau de notre territoire.

• Que penser de la construction d’un barrage de plus de 6 millions d’euros, alors qu’il existe des alternatives dont l’une a fait l’objet d’une étude commanditée par le Conseil Général de Haute-Loire de 2009 qui a l’estimée deux fois moins chère ?

• Que penser du fait que les redevances payées par les usagers de l’eau servent à la fois à financer deux intérêts contradictoires ? D’un côté, elles financent le contrat de rivière porté par le SICALA (Syndicat Intercommunal d’aménagement de la Loire et de ses Affluents), qui prévoit de dépenser environ 8 millions d’euros pour restaurer et préserver la qualité des rivières ; de l’autre, elles contribuent à payer les travaux de réhabilitation du barrage des Plats qui ne pourra que porter préjudice à la qualité de la Semène.

Maintenant, l’arrêt des travaux consécutif à cette annulation fait courir le risque d’une majoration des coûts. Mais ceci aurait pu être évité sans l’entêtement du Syndicat des Barrages à ne pas étudier les alternatives…

Logos

 

 

 

 

Télécharger le communiqué de presse

Contacts Presse :

• FRAPNA Loire – 4, rue de la Richelandière – 42100 SAINT-ETIENNE  – Tél : 04 77 41 46 60

• Fédération de la Loire pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique – Z.I. Le Bas Rollet
14, allée de l’Europe – 42480 La Fouillouse – Tél. : 04.77.02.20.00

Objectif Zéro Pesticide

La protection de la santé, la reconquête de la qualité des eaux et le maintien de la biodiversité dans l’espace urbain passent nécessairement par la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires.

Comprendre la génèse pour pouvoir la reproduire

Photo_colloque101_0074101_0077101_0074Le Colloque Ingénierie écologique et associations environnementales s’est déroulé le jeudi 14 et le vendredi 15 novembre  à l’Ecopôle du Forez.

Les interventions ont permis de comprendre l’importance de la collaboration entre associations-collectivités-entreprises, de découvrir les actions concertées avec les universitaires, et le monde de l’éducation.

150 personnes représentant des entreprises, des collectivités et des associations venues de l’ensemble du territoire ont été réunies. L’objectif était notamment de comprendre, pour la reproduire, la genèse de l’Ecopôle. Au cours de ces deux jours, de nombreux témoignages cernaient la méthode initiée par la Frapna.

Henri Colomb, co-auteur du livre : « Ecopôle du Forez, la nature restaurée au fil de la Loire » a souligné l’originalité de cet espace remarquable dont la richesse favorise maintes activités.

Ce colloque clôture les 20 ans de l’Ecopôle du Forez.

Colloque Ingénierie écologique et associations environnementales

affiche_colloque_petitLes jeudi 14 et vendredi 15 novembre, la FRAPNA Loire organise à l’Ecopôle du Forez, un colloque sur la restauration et la gestion des milieux par les associations en synergie avec les entreprises et les collectivités.

Pour tout renseignement
FRAPNA Loire
04 77 41 46 60

Pensez au covoiturage !
http://agenda.covoiturage.fr

Venir à l’Ecopôle du Forez

Inscription

Inscription en ligne

Téléchargez la fiche d’inscription et renvoyez-la avec votre chèque à :
FRAPNA Loire
4 rue de la Richelandière
42100 Saint-Etienne

Programme

Téléchargez le programme

Jeudi 14 novembre

8 h 30  : Accueil autour d’un café.

9 h – 10 h  : Ouverture du colloque. Président de session : Raymond Faure (Président de la FRAPNA Loire).
9 h : Mot de bienvenue par Raymond Faure.
9 h 30 : Témoignage : Collaboration associations-collectivités-entreprises, exemple de la création de l’Ecopôle du Forez, par Henri Colomb (journaliste).

10 h – 13 h : Associations et réhabilitation de carrières.
Président de session : Eric Carenco (UNICEM).

10 h : L’Ecopôle du Forez, site associatif exemplaire par Raymond Faure (FRAPNA Loire), Christian Béranger (CEMEX) et Jean Pierre Epinat.
10 h 30 : Présentation du projet de l’Ecopôle de Pérouges, par Vincent Letoublon (FRAPNA Ain), Commune de Pérouges et Granulats Vicat.
11 h : Mesures conservatoires en faveur de la laineuse du prunellier dans le cadre d’une exploitation de granulats par EUROVIA – SHNA0. (sous réserve)
11 h 30 : Mise en place d’une exploitation dans un secteur à fort enjeu écologique par Thibaut Gaubour (SOGRAP/EIFFAGE) et André Ulmer (FRAPNA Loire).
12 h : Entretien et restauration de milieux inscrits dans des projets éducatifs en partenariat avec les associations par Sébastien Venet et Didier Dupuy (MFR d’Anse).
12 h 30 : Observer et photographier la faune sans déranger par Martial Botton (Pic vert).

13 h – 14 h  30  : Repas bio et local

14 h 30 – 16 h 30 :  Place des associations dans la restauration de milieux fluviaux.
Président de session : Didier Graillot (EMSE).

14 h 30 : Projet de restauration sur la Meuse Mitoyenne par Kris Van Looy (IRSTEA Lyon).
15 h : Actions concertées avec les universitaires : création d’une frayère à brochets et reconnexion d’un bras mort par Djamel Mimoun (EMSE).
15 h 30 : Boucle de Veauchette : restauration en milieu fluvial par Sébastien Teyssier (LPO Loire) et M Tissot (Maire de Veauchette).

16 h  : Pause (20 mn)

16 h 20 – 18 h 20 Intervention des associations dans l’aménagement du territoire.
Présidents de session : Eric Faverjon (Vice Président Saint-Etienne Métropole, Maire d’Unieux) et Michelle Delorme (Maire de Chambéon).
16 h 20 : Réaliser un SCOT à biodiversité positive par Nicolas Souvignet (Gère vivante) et Cédric Lejeune (SCOT des rives du Rhône).
16 h 50 : Mise en place de l’outil d’analyse des SCOT et PLU par les FRAPNA par Maxime Flamand et Florie Johannot (FRAPNA Ain).
17 h 20 : Réussir l’intégration des corridors écologiques dans les PLU par Christophe Riocreux (EPURES), Cécilia Malherbe (Communauté d’Agglomération de Saint Etienne Métropole) et Emilie Joly (FRAPNA Loire).
17 h 50 : Mise en place d’un Atlas Communal de la Biodiversité (ABC), la place des associations, par Valentin Pacaut (Fonds de Dotation pour la Biodiversité). (sous réserve)

 

Vendredi 15 novembre

8 h 30 :  Accueil autour d’un café.

9 h -10 h   Restauration des milieux dégradés, le rôle des associations.
Président de session : Patrick Balluet (LPO Loire).

9 h :  Collaboration ASF/Association pour la biodiversité par P Chavaren (ASF)  et Thierry Micol (LPO nationale).
9 h 30 : Station de lagunage de Rochefort : projet précurseur de développement durable par Christophe Boucher (LPO) et la Ville de Rochefort.

10 h :  Pause (20 mn)

10 h 20 – 12 h 50  : Outils de suivi écologique, la place des associations.
Présidente de session : Sabine Greulich (Maître de Conférences, IMACOF, Tours).
10 h 20 : Utilisation de l’outil ROSELIERE : premiers résultats par Marion Laprun  (ANVL) et Jean Philippe Richonnier, Johanna Moreau (CEMEX).
10 h 50 : L’Indicateur de Qualité Ecologique  (IQE) par Blanche Gomez (SITA France), Julien Rousseau (SNE) et Olivier Delzon (MNHN).
11 h 20 :  Mise en place d’indicateurs biodiversité sur une station d’épuration par Philippe Muninger (SGEF) et Yoann Boeglin (FRAPNA Loire).
11 h 50 : Mise en place de sites témoins en vallée de la Loire par Sonja Kaupe (CORELA).
12 h 20 : 20 ans de suivi ornithologique sur l’Ecozone du Forez par Emmanuel Véricel (LPO Loire).
12 h 50 : Mot de conclusion par Raymond Faure et apéritif.

13 h – 14 h : Repas bio et local

14 h – 17 h  : Visite de sites (sur inscription)
Ecopôle du Forez
Ile Moriaud et boucle de Marclopt